Titre de séjour : quelle(s) demande(s) ?

Titre de séjour : les trois mots qui permettent à un étranger non ressortissant d’un État membre de l’Union Européenne de séjourner en France. C’est l’objectif qui est au cœur de mon intervention auprès de mes clients. Il est important de remporter son procès devant le Tribunal administratif en cas d’obligation de quitter le territoire (oqtf) mais cela ne saurait suffire.

Sur le même modèle que je vous avais proposé en ce qui concerne les oqtf, je vais aborder le thème du titre de séjour et de sa demande auprès la préfecture afin de vous aider à mieux cerner l’importance d’identifier les fondements de la demande qui doit être formulée.

Étranger en France, dois-je obtenir un titre de séjour ?

C’est la règle posée par le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile, tous les étrangers doivent détenir un titre de séjour en France. Deux exceptions à cette règle : les citoyens de l’Union Européenne(UE) d’une part dispensés de détenir un titre de séjour et les mineurs d’autre part.

Si vous disposez d’un titre de séjour d’un autre État membre de l’UE, vous devez en solliciter un nouveau dans les trois mois qui suivent votre dernière entrée sur le territoire français.

A qui dois-je demander un titre de séjour ?

Si vous êtes déjà en France, la demande de titre de séjour se fait auprès de la préfecture de votre lieu de résidence. En sa qualité de représentant de l’État dans les départements, le Préfet dispose de la compétence pour délivrer le titre de séjour sollicité.

Si vous n’êtes pas en France, mais que vous souhaitez obtenir un titre de séjour, le préalable du visa consulaire est obligatoire. Donc il faut demande au consulat le plus proche de votre lieu de résidence dans votre pays. Or la procédure de demande de visa de long séjour qui ouvre droit à une carte de séjour est extrêmement « cadenacée » par les services consulaires et à ce niveau les recours juridiques ne sont pas assortis des meilleures garanties pour s’assurer d’un procès équitable.

En quoi consiste exactement le titre de séjour ?

C’est une carte de la taille d’une carte bleue, de couleur rose avec un puce. Elle porte votre nom, votre adresse ainsi que votre numéro AGDREF (numéro étranger) et la date de validité du titre de séjour. Il vous permet de circuler librement sur le territoire, par contre tous les titres de séjour ne vous permettent pas de travailler.

titre de séjour

La carte de résident, titre de séjour valable 10 ans.

 

Combien de temps dure un titre de séjour ?

Votre premier titre de séjour aura forcément une durée de un an quelque ce soit le fondement juridique qui a permis sa délivrance. Depuis la loi du 7 mars 2016 et son entrée en vigueur au 1er novembre 2016, le second titre de séjour qui pourra vous être délivré sera une carte pluriannuelle dont la validité sera de deux à quatre ans en fonction de la situation. Enfin, la carte de résident valable 10 ans est la passerelle qui permet d’accéder à la nationalité par la suite.

  • 1er titre de séjour : la carte de séjour temporaire valable 1 an
  • 2e titre de séjour :  la carte de séjour pluriannuelle de deux à quatre ans
  • 3e titre de séjour : la carte de résident de dix ans

Puis-je demander plusieurs titres de séjour en fonction de ma situation ?

C’est une évidence que beaucoup d’étrangers ignorent et dont les conséquences sont souvent graves puisque la demande aboutit à un refus et à une obligation de quitter le territoire (oqtf). Par exemple, l’étranger peut demander un titre de séjour au motif de la vie privée et familiale classique mais également dans le cadre de l’admission exceptionnelle au séjour.

Mais si l’étranger ne fait qu’une demande car il est mal orienté par les services de la préfecture, celle-ci ne sera tenue de répondre que sur ce fondement. Par la même logique, un élément postérieur à la demande ne saurait tenir le préfet de procéder à une analyse complémentaire du dossier de titre de séjour de l’étranger.

Le Tribunal administratif suivra le même raisonnement.

Comment améliorer mes chances d’obtenir un titre de séjour au stade de la demande en préfecture ?

Afin d’éviter un refus qui sera le début d’une situation d’irrégularité longue, il faut se renseigner correctement. Les sites d’information du gouvernement ne sont pas suffisants, ils évacuent de nombreuses situations de fait qui pourraient permettre la délivrance de la carte de séjour (conjoint de français ou regroupement familial sur place par exemple).

Une analyse de votre dossier par un avocat constituera un avantage. En premier lieu, si les risques sont trop grands, il ne faut pas faire une demande car les conséquences du refus sont l’obligation de quitter le territoire dont la validité est d’un an. En second lieu, il pourra vous renseigner sur les points forts de votre dossier à mettre en avant.

Votre avocat peut également constituer le dossier à votre place, ce qui permet d’une part de renforcer la qualité juridique de la demande ainsi que de les multiplier et d’autre part d’augmenter les chances de succès en cas de refus et de procès devant le Tribunal administratif.

Si vous souhaitez une représentation à ce stade de la procédure, n’hésitez pas à me contacter !